Une chronique musicale pour les kiffeurs de son

 

Une Chronique musicale pour les kiffeurs de son comme vous et moi.

 

J'explique : le principe de cette chronique ne repose pas sur la notoriété des artistes, mais plutôt sur les coups de coeur de certains artistes qui pour la plupart sont inconnus ou bien en marge des productions commerciales. 

Mais c'est avant tout ceux qui ont su me faire vibrer hier et qui continuent à l'heure actuelle.

Alors avant de commencer les hostilités, il est bon de se présenter. Plutôt que chroniqueur je dirais  Monsieur tout le Monde. J'évolue non seulement dans le domaine de la musique aux titres de Dj, Producteur, remixeur ( ayant quelques musiques et remix à mon actif ). Mais aussi en tant qu'ingénieur du son, compositeur, mixeur, sound designer  et autres métiers possibles dans le domaine du son et de l'audiovisuel.  

Les sons que je vous propose ici s'inscrivent dans l'électronique.

Je vous conseille donc d'aller voir dès maintenant du côté de myspace ou d'écouter les musiques mises à disposition ci-dessous. Les commentaires seront les bienvenus!


http://www.myspace.com/romanogiorgio

Me voici en quelques musiques :


 

Latest tracks by Romano GiorGio

Trentemøller – The Last Resort

Mon premier sujet est un très grand classique, soit, mais ce 'est pas pour rien! Il a été une revolution pour moi et pour beaucoup d'autres personnes; autant au point de vue technique et créatif que qualitatif.

A l' écoute de The Last Resort, il me prend une soudaine envie d'écrire et de m'exprimer.

" Take me into your skin " n'en est que la preuve de l'émotion qui nous envahit durant cette écoute. C'est d'ailleurs celle qui me sert actuellement d'inspiration pour cet article et  qui ne cesse de tourner en boucle sans même l'ombre d'un silence . Une longue basse intensément présente, une profondeur musicale infinie, de la reverbe qui nous emmène très loin,  au delà de l'imaginaire. Des synthétiseurs analogiques : on sent le grain électronique puissant , autant que le xylophone, le violon…  Mélangez tous ça et vous obtenez un album complètement intimiste et personnel; on souffrirait presque avec lui… 


Paradoxalement, le 2ème CD de l'album révèle une phase beaucoup plus sombre et obscure.

Impreigné de minimal, d' électro et de techno, il nous parle d'abord de rythme, frôlant les 125 bpm ( battements/minute ).Et ce rythme est accompagné d'une double phase branchée "dark side" que l'on pourrait imager à Dr Jekyll et Mr Hyde.On en arriverait même presque à le détester lui et son univers en comparaison avec le son 1er CD de l'album.Car Trentemoller nous ouvre en premier lieu les portes des plus belles mélodies d'un monde sensible (1er CD). Pour nous les refermer par la suite (2ème CD) – et nous embarque ainsi dans sa chute : descente dans les sombres profondeurs qui l'habitent et qu'il habite.Chacun sait qu'il y a là des "profondeurs" illicites productrices et créatrices. Serait-il donc inévitable d'en user pour se libérer de ses propres démons ?    

Soigner le mal par le mal ou bien s'agit-il d'un mal pour un bien? 

 

 

Romano.G






 








Laissez un commentaire